Et je suis sur la terre

Poèmes accompagnés par les aquarelles
de Caroline François-Rubino
Editions L’herbe qui tremble, 2020

« Et je suis sur la terre évoque la lente montée du poème vers la lumière. La voix du poète, ce filet de voix qui évoquait discrètement les choses dans ses premiers poèmes, en s’élargissant, s’affranchit du silence et s’« impatiente de dire ». Et je suis sur la terre nous encourage à écouter tous nos mots. »

Entretien

Isabelle Lévesque (Terre à ciel)

Lecture

Sabine Huynh (Presque dire)

Lecture

Isabelle Lévesque (Terres de femmes)

Lecture

Pierre Dhainaut (Terre à ciel)

Lecture

Bruno Normand (Terre à ciel)

Tu dis délivrer la lumière

Poèmes et photographies, coécrit avec Florence Saint-Roch
Editions Pourquoi viens-tu si tard ? 2021

« Là où « l’autre côté s’invite », nous voici prêts à tenter l’expérience alchimique : le je étroit où nous enferment les habitudes commence à se dissoudre, à ouvrir son regard vers une autre lumière. Que voient les yeux de l’Autre ? Comment accéder à ce qu’il perçoit ? Comment le rejoindre aussi dans sa traversée de l’image, dans son élan vers un invisible outre‐là ? Ces questions ont soufflé le protocole que nous avons suivi, semaine après semaine. À pas de loup nous avancions, depuis notre désir, en tâtonnant dans le langage. Nous passions ainsi une double porte : celle de l’image, et celle des mots. »

Entretien

(Association lac)

Recension

Alain Nouvel (Recours au Poème)

Lecture

Isabelle Lévesque (Terres de femmes)

Habitant le qui-vive

Poèmes accompagnés par une œuvre d’Ise.
Editions L’herbe qui tremble, 2022

« Sabine Dewulf a écrit les poèmes de ce livre en découvrant une œuvre tissée de l’artiste Ise. « Une œuvre nous devient nécessaire lorsque les liens que nous entretenons avec elle se déploient dans la durée, tout en se ramifiant pour ouvrir dans le cœur et l’esprit d’immenses perspectives. C’est ce qui s’est produit pour moi lorsque j’ai découvert ce Porte-monde conçu et réalisé par Ise (…). Sur ce visage isolé, qui se laisse entraîner par la Terre autant qu’il la soutient, j’ai d’abord projeté mon vertige intime, mon propre « qui-vive ». La situation particulière de cette face suspendue, qui la prive visuellement de corps, m’a poussée à lui en suggérer un autre : le monde lui-même. »

Critique

Sabine Zuberek (Recours au Poème)

Entretien

Isabelle Lévesque (Terres de Femmes)

Critique

Isabelle Lévesque (Recours au Poème)

Près du surgissement

Editions Pourquoi viens-tu si tard ?, 2024

Près du surgissement a comme point de départ des photos. Écrire sur ou à partir d’une photo peut paraître simple ou difficile, cela dépend de ce que l’on ressent lorsqu’on la regarde, des émotions qu’elle fait surgir de notre inconscient, de notre ça dirait Georg Groddeck.
Il semble que les photos de Stéphane Delecroix aient provoqué un magnifique remue-ménage chez Sabine Dewulf :
« […] En partant de la lumière et de la matière saisies par ce photographe, en puisant cette fois-ci dans ma propre expérience : j’osais une intimité plus forte, plus corporelle aussi. Et c’est à cet instant que j’ai ressenti une symbiose entre ces oeuvres visuelles et mes écrits. »

Note

Pierre Kobel (La pierre et le sel)

Magie renversée

Poèmes de Isabelle Lévesque et Sabine Dewulf
Peintures de Caroline François-Rubino
Préface de Florence Saint-Roch
Editions Les lieux dits, 2024

Écrivant un poème, nous nous tenons au plus intime de nous-mêmes, sommes-nous seuls pour autant ? Nous pouvons nous adresser à quelqu’un, nous pouvons lui répondre, mais le dialogue a lieu dans l’espace intérieur. Magie renversée, le livre que publient Isabelle Lévesque et Sabine Dewulf, renouvelle les perspectives.

On a parfois nommé les ouvrages qu’un artiste et un écrivain réalisent en commun « livres de dialogue », il en existe également lorsque deux poètes s’associent.

Le livre peut être commander auprès de l’éditeur en écrivant à roesz.g@hotmail.com

Entretien

Florence St Roch (Terre à ciel)

Article

(Recours au Poème)

Article

Angèle Paoli (Terres de Femmes)

Article

Pierre Dhainaut (Recours au Poème)